Bienvenue dans le nouveau monde local

Voici un phénomÚne plutÎt curieux : aprÚs avoir acclamé les bienfaits de la globalisation, de nombreux groupes, toutes origines sociales et nationalités confondues, se réorganisent en petites communautés. Peur de l'inconnu ? Ou sans doute sensation d'isolement ? Car souvent, dans notre nouvel ordre mondial, l'échange, pouvant se faire avec tout le monde, ne se fait finalement avec personne.

Retour au village
De jeunes citadins chĂŽmeurs, devant le manque d'opportunitĂ©s, dĂ©cident de retourner dans les villages et les zones rurales. En Espagne, oĂč le chĂŽmage a atteint au mois d'avril plus de 27% de la population et 57 % des jeunes, des plans de repeuplement des villages ont Ă©tĂ© mis en place pour de jeunes familles. Plusieurs mairies proposent un logement Ă  prix trĂšs Ă©conomique et toutes les facilitĂ©s pour remettre en marche des fonds de commerce disparus comme l'Ă©picerie ou le bar du village. En Ă©change, la famille s'engage Ă  s'installer un certain temps et Ă  s'intĂ©grer en mettant par exemple ses enfants Ă  l'Ă©cole municipale. Les jeunes trouvent lĂ -bas une qualitĂ© de vie impossible en ville notamment au niveau du prix des loyers et du coĂ»t de la vie en gĂ©nĂ©ral. Il est rĂ©vĂ©lateur qu'un livre comme « The good Life » qui narre l'expĂ©rience d'un couple amĂ©ricain qui retourne Ă  la campagne durant la Grande DĂ©pression, introuvable il y a un an ou deux sur Amazon, soit de nouveau disponible Ă  la vente. Toujours en Espagne, Aquarius, filiale de Coca Cola, a lancĂ© l'Ă©tĂ© dernier une campagne de communication destinĂ©e aux citadins sur le retour au village pendant les vacances d'Ă©tĂ© qui s'intitulait « Fais toi adopter par un bon petit village». La marque mettait en relation au travers de son site internet, des villageois et des citadins « orphelins de villages » (et donc sans racines) afin de lier contact... et plus si affinitĂ©. http://aquarius.cocacola.es/pueblos-adoptivos.php

Les voisins
MĂȘme lorsque quitter sa ville ne semble pas la premiĂšre option, rien n'empĂȘche de recrĂ©er une ambiance de quartier oĂč l'entraide et la familiaritĂ© seraient de mise. « Immeuble en fĂȘte-la fĂȘte des voisins » est un bon exemple de ce retour Ă  la communautĂ© de voisinage. Mise en place par Atanase PĂ©rifan dans les annĂ©es 90, cette fĂȘte annuelle a comme objectif de crĂ©er ou renforcer des liens de proximitĂ© et de relancer une solidaritĂ© de quartier. L'Ă©dition de juin 2012 a regroupĂ© en France 944 mairies et plus de 7 millions de personnes y ont participĂ©. Aujourd'hui, « Immeuble en fĂȘte » existe dans de nombreuses villes europĂ©ennes et a mobilisĂ© l'annĂ©e derniĂšre 15 millions de personnes. Et si cela n'a pas encore Ă©tĂ© lancĂ© dans son quartier, l'internaute peut se rabattre sur l'option digitale. Des plateformes comme « voisineo» ou www.bonjourvoisins.com qui se dĂ©finit comme un rĂ©seau d'entraide et de service, mettent en contact des personnes rĂ©sidant dans la mĂȘme zone gĂ©ographique... ou pas, afin de se rendre de menus services ou tout simplement faire connaissance.

Etude Crédoc : http://www.credoc.fr/pdf/4p/239.pdf
Retour au village : https://es-es.facebook.com/devueltalpueblo