Le code informatique. Linguae universalis.

La programmation n’est plus l’apanage des informaticiens, ou du moins, plus pour longtemps. L’évolution technologique aidant, les nouvelles générations ne butent plus dessus comme s’il s’agissait d’un langage provenant d’une autre galaxie… Le MIT mise même sur le code pour l'alphabétisation et la formation !

 

Si le langage informatique va vraiment faire partie du quotidien de nos enfants, il est légitime d’attendre que son apprentissage soit intuitif et intégré dans leur quo­tidien. Dans ce but, les projets et activités se multiplient sur Internet, dans les centres éducatifs mais aussi, signe révélateur, dans les fablabs. Les grands centres universitaires ne sont pas en reste et se penchent non plus sur l’apprentissage de leurs étudiants mais direc­tement sur celui des jeunes enfants non-alphabétisés. Dans cette optique, l’application ScratchJr permet aux 5- 7 ans de programmer leurs histoires et jeux. Le fa­meux Massachusetts Institute of Technology (MIT) est à l’origine de ce projet. Et ce n’est pas leur coup d’es­sai, ce même programme existe déjà dans une version pour les enfants âgés de plus de huit ans. Scratch a déjà remporté les suffrages de millions d’utilisateurs.

Mode d’emploi

Concrètement l’enfant, grâce à une plateforme in­tuitive, peut apprendre à programmer pour conce­voir ses propres histoires et jeux. La version origi­nale de Scratch s’utilise dans plus de 150 pays et le site interactif est disponible en 40 langues. Avec ScratchJr, les moins de sept ans peuvent choisir des graphismes ou des couleurs, intégrer des sons ou des photos mais bien plus encore… A première vue, ScratchJr ressemble à un programme de Photoshop simplifié. Lorsque les enfants ont choisi leur person­nage ou leur histoire, une version de code informa­tique adapté aux plus jeunes leur permet d’établir des relations entre chaque action et un élément de code. Pour le MIT, pas de doute, “la programmation est nouveau type d’alphabétisation”. Et pour l’Institut, c’est un enjeu social crucial. D’ailleurs leur action est militante : l’application est complètement gratuite.

Un changement de paradigme

Avec cette plateforme éducative, les plus jeunes n’apprennent pas seulement à utiliser un ordinateur, ils développent de nombreuses aptitudes comme la logique ou la créativité. La programmation informa­tique ne s’identifie pas une formation académique mais à un mode de perception, comme une sorte de langue maternelle, qui pourra être ensuite utilisée dans un contexte académique mais aussi dans un environnement beaucoup plus large. Dans un article de Jacques Béziat, “Les TIC à l’école primaire en France : informatique et programmation” plusieurs actions liées directement à la programmation infor­matique sont citées :

• Utiliser des compétences spatiales, établir un ordre chronologique et définir des étapes

• Favoriser une attitude expérimentale due à l’al­ler-retour entre l’action et la verbalisation

• Développer l’imagination et le raisonnement in­ductif.

En définitive, l’intuition est au centre de ces proces­sus d’apprentissage. Cela renverse dans une grande mesure la transmission classique des connais­sances. Dans cette perspective, le code informatique n'est plus considéré comme une simple connais­sance technique mais plutôt comme un développe­ment novateur de l’intelligence.

http://www.saskiasassen.com/pdfs/publications/the-global-city-brown.pdf