Des vertus du silence dans l'entreprise

Au sein des entreprises, le silence met mal à l’aise. Le silence est perçu comme un phénomène négatif. Parfois même, il fait peur. Synonyme de solitude ou perçu comme absence d’affirmation de soi, il est systématiquement "traqué" par les pratiques managériales en vogue telles que les espaces ouverts ou le travail de groupe, réputés "positifs". Le collaboratif, et sa version moderne dite web 2.0, ont le vent en poupe : si on considère le silence comme une absence de sollicitations externes, on peut dire que les mails et autres sms participent de ce bruit permanent qui caractérise nos environnements de travail.

Il est vrai que le silence peut représenter un risque véritable lorsqu’il s’accompagne de non-dits, de ressentiments. Il peut contribuer à exclure un collaborateur du groupe et générer ainsi une véritable souffrance au travail. Un des aspects clés de la prévention des risques psychosociaux est justement "d’oser sortir du silence". De plus, le silence n’est pas non plus acceptable lorsqu’il altère la relation client. Bien souvent, c’est l’absence de réponse plus que la réponse elle-même qui mécontente fortement les clients.

Une condition de l’écoute

Cependant, il est à noter que, s’agissant des relations commerciales, tous les commerciaux savent qu’ils doivent savoir rester silencieux pour favoriser l’expression du client, et in fine, la vente ! Dans les manuels les plus récents portant sur la négociation commerciale, il est couramment indiqué qu’au cours d’un entretien de vente, le vendeur devra rester silencieux… 80% du temps ! En fait, nous évoluons tous dès l’enfance dans des organisations où sont valorisées l’aptitude à travailler avec les autres et la capacité à prendre la parole en public. Le fait de s’exprimer, pour soi ou pour les autres, étant considéré comme révélateur d’un tempérament de leader.

La force des introvertis

Dès lors, il n’est pas étonnant de constater que les recruteurs ont tendance à privilégier, à compétence égale, les candidats à la personnalité extravertie. Ainsi, l’introversion, qui désigne un engagement moindre du sujet dans ses relations interpersonnelles et dans son environnement extérieur, est perçue comme un véritable handicap pour mener une carrière en entreprise. Les extravertis tiennent le devant de la scène, et souvent au sens propre comme chez Apple avec Steve Jobs. Pourtant, Apple n’existerait pas sans "l’introverti" Wosniak qui mit au point, seul pendant des jours et des nuits, le premier ordinateur individuel de la marque. Et il existe d’autres introvertis célèbres tels Gandhi, Einstein, Mère Teresa ou Bill Gates. Et de nombreux autres, illustres inconnus qui représentent, d’après des études menées aux USA, au moins un tiers de la population. Selon certains auteurs, l’extraversion ou l’introversion se manifestent dès la prime enfance comme un trait fondateur de la personne au même titre que le genre. La force des introvertis, c’est de bien vivre le silence et la solitude. Dotés d’une forte capacité de réflexion et de recentrage sur soi-même, leur monde intérieur est riche et propice à la création.

Silence, on innove

Capables d’un fort degré d’autonomie par rapport au groupe, ils sont souvent plutôt moins conformistes que leurs collègues et donc plutôt aptes à l’innover. Cependant, souvent obligés de « composer » avec un modèle organisationnel qui valorise l’extraversion, ils peuvent être amenés à contrarier leur personnalité profonde afin de mieux se fondre dans le groupe dominant pour mieux répondre aux critères de réussite non exprimés de leur entreprise. Paradoxalement, cette même entreprise, lieu de bruits par excellence, ne peut perdurer qu’en innovant. Cela requiert, bien sûr, des échanges, mais aussi… du silence. Pas un silence pour recouvrir et cacher, mais un silence pour penser et créer. L’entreprise se doit de redécouvrir les vertus des silencieux, des timides. Elle doit les encourager à rester eux-mêmes en acceptant l’idée que le silence peut être… d’or.

A lire :

Quiet: The Power of Introverts in a World That Can't Stop Talking

Susan Cain - Crown Edition